Notice: Undefined index: id in /home/igfgsfji/public_html/mot_du_direc.php on line 5

Le Mot de l’Inspecteur Général en charge de l'IGF

À un moment où la transparence et la proximité des services sont au cœur du discours public et de la demande des citoyens; à un moment où l’expression publique ne peut faire fi de l’outil électronique pour instruire, véhiculer des messages et garder le contact avec les usagers des services publics et à un moment où les exigences de contrôle de l’action publique n’apparaissent plus comme un élément accessoire de la vie citoyenne, l’Inspection Générale des Finances (IGF) est heureuse et fière de mettre en ligne son site internet.

La vérité est que les hésitations ont traversé les responsables de l’IGF pendant plusieurs années. Pas en raison d’une quelconque opacité ou dans un désir d’anonymat permanent. En réalité, ces hésitations étaient dues principalement à la question de la pertinence de communiquer autour des interventions de l’IGF. Car, en tant qu’entité interministérielle dont le rôle est de contribuer à l’efficacité et la rigueur dans la gestion des finances publiques et à la modernisation des administrations, les conclusions des interventions de l’IGF sont destinées au Ministre de l’Economie et des Finances, aux administrations évaluées et aux commanditaires. En effet, quand en 2004, la décision a été prise par Monsieur Henri Bazin, Ministre de l’Économie et des Finances d’alors, encadré par le Professeur Rémy Mathieu et Monsieur Ronald Baudin , de créer une Inspection Générale des Finances, le souci premier était de doter le Pouvoir Exécutif d’un organe ayant pour mission de procéder aux contrôles dans les administrations, mais également apte à aider à la prise de décision des responsables et à les conseiller dans le management des entités dont ils sont en charge.

Partant de ce principe, il était légitime de se poser la question de la pertinence de la création d’un site internet. Toutefois, les réticences de départ ont fait place, au fil du fonctionnement et de l’évolution de l’IGF, à une grande envie d’accompagner le mouvement de participation des citoyens dans la vie publique à travers les institutions qui sont à leur service, mais également à étancher cette soif incommensurable de connaitre les administrations dans leurs missions et attributions.

Ce site internet qui est mis en ligne constitue donc une ouverture sur le pays et sur le monde dans la connaissance de l’IGF, ses réalisations passées, ses interventions actuelles, ses perspectives d’avenir. Mais, ce site représente également un outil de formation sur le rôle du contrôle, ses finalités, ses différentes formes, la nature de sa contribution à l’efficacité de la gestion publique et le contexte de son évolution en Haïti. Cet outil interactif, informatif et convivial doit servir notamment d’interface entre les administrés et les responsables à travers les différents onglets destinés à cet effet.

Cette ouverture que nous voulons féconde, est une opportunité pour nous, l’IGF, en tant que service public de nous propulser vers la révolution numérique, car l’administration financière et la modernisation des administrations ne peuvent être en reste de toute cette mutation technologique et doivent utiliser tous les moyens humains, matériels et électroniques pour être à l’écoute des administrés. Or, l’IGF constitue justement ce bras technique dont disposent les responsables publics pour être mis au courant des faiblesses, des dysfonctionnements, mais également des forces de leurs administrations. Les décideurs publics devront intégrer le fait que l’audit et l’évaluation constituent leurs compagnons de route dans la quête d’une gestion moderne, efficace et efficiente.

C’est en lien avec cette préoccupation légitime, tenant compte de la quasi-absence d’habitudes de contrôle dans le pays, que le site propose, en dehors des réalisations et des projections, des espaces de pédagogie afin de rallier les consciences qui doutent encore du fondement et de la motivation réelle du contrôle dans les administrations et les organismes bénéficiant de subventions publiques.

Nous nous proposons également de diffuser un résumé succinct ou une évocation lapidaire des missions passées ou en cours afin d’amoindrir les doutes sur la réelle volonté de changer de paradigme dans la vie publique. Nous sommes et serons une institution discrète, mais pas secrète, car nous n’avons pas vocation à nous répandre dans les médias tous les quatre matins. Mais, nous voulons vous assurer que vous disposez d’un organe au sein de l’Exécutif qui travaille sans relâche à l’amélioration de la gouvernance publique. Nous voulons vous convaincre de notre indépendance d’action à travers le mode d’accès au titre d’Inspecteur des Finances (dont la procédure d’intronisation inclut obligatoirement la prestation de serment), du verrouillage de ce statut et de la responsabilité qui est le sien en endossant les conclusions, mais également à travers les champs que nous décidons d’explorer de manière discrétionnaire ou par commande des responsables publics.

Notre combat pour les prochaines années tourne autour de trois (3) éléments :
1) Le renforcement des capacités méthodologies, humaines et professionnelles de l’IGF,
2) La synergie des institutions de contrôle afin de constituer une « force d’action » non négligeable dans le contrôle des responsabilités dévolues aux décideurs publics,
3) La contribution à la mise en place de structures d’audit interne dans les administrations ; des structures, devant être dotées d’une grande indépendance, qui constitueront non seulement les premières sentinelles de ces entités, mais également les relais indispensables de l’IGF avant ses interventions ou dans une veille permanente de la mise en œuvre des recommandations.

Soyez assurés de notre professionnalisme et de notre volonté de mener le combat sans défaillir pour l’amélioration de la gestion publique au service des citoyens.